Un groupe de chercheurs transdisciplinaires

Archives de mars, 2009

Conférence : Gatherings in biosemiotics 9

Jonathan Hope participera à cette conférence qui se tiendra à Prague , Czech republic, du 30 juin au 5 juillet. Le titre de sa conférence est le suivant : « Umwelträume and Multi-Sensory Integration ».
Consulter le site du colloque et le programme

Publicités

“Does a Glass of White Wine Taste Like a Glass of Domain Sigalas Santorini Asirtiko Athiri 2005 ?” A Biosemiotic Approach to Wine-Tasting

cover-mediumJonathan Hope et Pierre-Louis Patoine ont participé, en juin dernier, à un colloque de biosémiotique en Grèce. Leur communication a été publiée dans la revue Biosemiotics. Voici le résumé :

« The object of our paper is to examine how wine-related knowledge and practices play an important role in determining the respective flavour experiences of novice wine drinkers and sommeliers. We defend the idea that sensation is informed by knowledge, as it circulates in a cultural environment. Biosemiotics has developed appropriate concepts helping us understand how the same wine can generate diverging experiences. Within a biosemiotic framework, we consider wine flavours as relational, semiosic experiences produced by the convergence of sensory-discriminative, motivational-affective and cognitive-evaluative factors. Drawing from fundamental biosemiotics we argue that these factors vary according to the creature and its simultaneously biological and cultural umwelt. We conclude by examining a series of empirical studies consolidating the idea that sensation is informed by knowledge and language.

Lien vers l’article

Position en temps de grève (bis) : une seconde lettre de l’Association étudiante du doctorat en sémiologie

Madame Michelle Courchesne, Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, 1035, rue De La Chevrotière, G1R 5A5, Montréal (Québec)

Ministre Monsieur Claude Corbo, Recteur, Rectorat UQAM , 28e étage CP 8888, succursale Centre-Ville Québec (Québec) H3C 3P8, Montréal, le 24 mars 2009

Montréal, le 30 mars 2009

Objet : Position en temps de grève (bis)

Madame la Ministre,
Monsieur le Recteur,

À deux jours de son quarantième anniversaire, qui aurait pu et dû être l’occasion de réjouissances publiques, l’UQAM demeure paralysée par une grève. Devant l’impassibilité de l’administration de l’Université et celle du Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, l’Association étudiante du Doctorat en sémiologie de l’UQAM réitère, plus fortement, sa position au sujet de ce fiasco.

Le Syndicat des Professeurs de l’UQAM entame sa troisième semaine consécutive de grève. Notre association étudiante appuie plus que jamais ses revendications. Suite au refus, le 20 mars, de l’offre dérisoire proposée par le ministère via l’administration, voilà qu’une semaine plus tard, le SPUQ vote, à 91 %, la reconduction de la grève. Les décisions prises par le ministère et imposées à l’administration ne coïncident plus avec la réalité. L’arrogance des dirigeants dans ce dossier – pensons notamment à l’injonction outrageante imposée au SPUQ le 25 mars – nous fait croire que la situation commence à vous échapper.

Cette grève, la goutte qui a fait déborder le vase relativement aux nombreux problèmes de l’UQAM, sévit depuis trop longtemps. Les étudiants de cette Université publique sont pénalisés et le trimestre entier semble carrément hypothéqué. En effet, de plus en plus d’étudiants perdent l’espoir de retourner en classe avant l’été. Des dépôts et des soutenances de thèse, moments décisifs dans le parcours universitaire des doctorants, sont repoussés indéfiniment. À deux mois de la fameuse saison des colloques, voilà qu’une des plus prestigieuses Universités du Québec doit renoncer à la recherche, faute de votre soutien.

Depuis ses débuts, notre Université publique a pour mission de rendre plus accessibles les études supérieures au Québec. En refusant de régler convenablement ce litige, vous vous attaquez directement à l’éducation ainsi qu’à des valeurs démocratiques plus larges, valeurs que nous n’avons pas oubliées. En commandant ad nauseam de nouvelles consultations et études comparatives – qui, par ailleurs, donnent systématiquement raison au syndicat de nos professeurs –, vous nuisez à notre éducation. Si ces consultations vous permettent de gagner du temps, elles sont certainement en train de nous faire perdre le nôtre.

Vous devriez lutter inlassablement à nos côtés, pour les professeurs, avec les étudiants et autres syndicats. Nous devrions toujours pouvoir compter sur votre appui et votre bonne volonté. Votre mission est de bâtir une nation québécoise concurrentielle pour demain; appuyez-la donc totalement aujourd’hui. Idéalement, notre institution publique devrait être un des fleurons du Québec. Elle devrait être un modèle à suivre. Normalement, la résolution rapide et généreuse de ce litige devrait être une de vos plus grandes priorités.

Malheureusement, l’administration de l’UQAM n’a plus de poids réel dans les décisions. Elle se retrouve pieds et poings liés par un ministère qui n’assume pas, de toute évidence, son rôle de promoteur de l’éducation. Ceci, Madame la Ministre, vous concerne tout particulièrement. Quelle sera la prochaine université à tomber sous le couperet? L’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue? Celle en Outaouais? Le réseau universitaire public tout entier? Madame la Ministre, vous êtes mandatée par la société pour soutenir et promouvoir l’éducation de vos concitoyennes et concitoyens. Montrez-vous à la hauteur de votre important mandat. Aidez-nous à retourner à nos cours et nos recherches; permettez à notre institution de rayonner comme il se doit.

En vous assurant nos plus sincères sentiments en ce qui concerne ce dossier, nous vous adressons, Madame la Ministre, Monsieur le Recteur, nos salutations distinguées.

L’association étudiante du doctorat en sémiologie de l’UQAM.

Valérie Bernier, présidente.
Jonathan Hope, secrétaire.
Julien Fortin, trésorier.
Julie St-Pierre, affaires internes.
Paule Mackrous, affaires externes.

Association étudiante du doctorat en sémiologie
Département d’études littéraires UQAM
CP 8888, succursale Centre-ville
Montréal (Québec) H3C 3P8

c. c. Madame Marie Malavoy, porte-parole de l’opposition officielle en matière
d’enseignement supérieur, recherche et développement.
c. c. Journal La Presse.
c. c. http://www.ruefrontenac.com, Syndicat des Travailleurs de l’Information du Journal
de Montréal.
c. c. Journal Le Devoir.

Position en temps de grève : une lettre de l’Association étudiante du doctorat en sémiologie

Madame Michelle Courchesne, Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, 1035, rue De La Chevrotière, G1R 5A5, Montréal (Québec)

Ministre Monsieur Claude Corbo, Recteur, Rectorat UQAM , 28e étage CP 8888, succursale Centre-Ville Québec (Québec) H3C 3P8, Montréal, le 24 mars 2009

Objet : Position en temps de grève

Madame la Ministre, Monsieur le Recteur,

Étant donnée la situation particulièrement désastreuse dans laquelle se trouve l’UQAM en ce moment, l’association étudiante du doctorat en sémiologie de l’UQAM s’est rassemblée pour prendre position au sujet de la grève du syndicat des professeurs.

La grève des professeurs nous pénalise toutes et tous. L’Université et le travail de recherche qui s’y déroule normalement sont paralysés. Concrètement, nos demandes de bourses auprès des organismes subventionnaires – dont l’obtention est un indicateur sûr de la qualité reconnue de notre programme et de l’UQAM – sont en attente et, pour tout dire, en péril. Les tâches administratives dont s’acquittent habituellement nos professeurs, trop souvent oubliées, mais centrales à l’Université aujourd’hui, sont suspendues. Nos examens de synthèses, nos examens doctoraux, le dépôt de nos chapitres de thèses s’empilent dans les casiers de nos professeurs déjà débordés.

Idéalement, les étudiants, les professeurs, les employés et l’administration font un front commun, et c’est ça l’UQAM. Dans le meilleur des mondes, ils devraient également faire front commun avec le ministère de l’Éducation, bien que celui-ci fasse sourde oreille à un mécontentement de plus en plus généralisé. Les demandes d’un syndicat ne nuisent aucunement à l’Université. Bien au contraire, elles visent à positionner l’UQAM judicieusement par rapport aux autres Universités canadiennes. Les revendications du syndicat des professeurs de l’UQAM expriment des besoins indispensables au progrès de l’Université et de l’éducation nationale. Nous ressentons directement la pénurie de professeurs. Leurs conditions de travail inadmissibles menacent sérieusement la recherche à l’UQAM, reléguant cette activité primordiale de la vie académique au second plan. Nous ne voulons pas d’une société où la recherche, à la fois facteur et résultat d’une cohésion sociale, est systématiquement dépréciée.

En fait, nous vous exhortons à nous donner, ni plus ni moins, les meilleures conditions d’éducation. L’Université, le Québec et notre avenir en dépendent directement. Nous vous demandons avec insistance de régler les problèmes auxquels vous êtes confrontés sans hypothéquer notre avenir. Osez des solutions fortes. Vous êtes, en ce moment, des acteurs clefs dans l’histoire du Québec, posez des gestes nécessaires à l’avancement de notre société.

Nous voulons que cette grève prenne fin. Nous tenons à vous aviser que notre association étudiante appuie unanimement les revendications du syndicat des professeurs. Nous vous appelons ainsi à faire tout en votre pouvoir pour régler ce litige avec les professeurs en acquiesçant à leurs demandes qui coïncident parfaitement avec la raison d’être de l’Université.

En vous assurant notre intérêt dans cette cause, recevez, Madame la Ministre, Monsieur le Recteur, nos salutations distinguées. L’association étudiante du doctorat en sémiologie de l’UQAM.

Valérie Bernier, présidente.

Jonathan Hope, secrétaire.

Julien Fortin, trésorier.

Julie Saint-Pierre, affaires internes.

Paule Mackrous, affaires externes.

Association étudiante du doctorat en sémiologie

Département d’études littéraires UQAM

CP 8888, succursale Centre-ville Montréal (Québec) H3C 3P8

c. c. Journal La Presse.

c. c. http://www.ruefrontenac.com, Syndicat des Travailleurs de l’Information du Journal de Montréal.

c. c. Journal Le Devoir.

Appel de textes : Web 2.0 : créations artistiques et archives personnelles

Le prochain numéro de .dpi, la revue du Studio xx, sera dirigée par Paule Mackrous, membre de l’Escouade. Voici l’appel :

Revue électronique .dpi #15. Web 2.0 : créations artistiques et archives personnelles.
Rédactrice en chef invitée : Paule Mackrous
Date de parution : 12 juin 2009
Remise du résumé d’article : 20 avril 2009 (250 mots)
Remise de texte : 11 mai 2009 (1500-2000 mots)

Pour ce numéro, nous souhaitons susciter les réflexions autour des effets (esthétiques ou non) du Web 2.0 sur la notion d’archive, plus précisément en lien avec la prolifération d’archives personnelles. Le développement des technologies du Web 2.0 engendre l’accessibilité d’une panoplie d’interfaces relativement faciles à utiliser (YouTube, blogs formatés, My Space, Facebook, Second Life). Ne requérant pas une connaissance de la programmation informatique, ces interfaces permettent à une plus large part de la population de se servir d’Internet comme moyen de diffuser, voire de publier ses propres informations. Elles permettent également de stocker une quantité importante d’images, de textes, de vidéos ou encore de matériaux sonores et stimulent ainsi la création d’archives personnelles. Certaines artistes s’infiltrent dans le réseau par l’entremise de ces interfaces pour générer des fictions identitaires. En empruntant ainsi la forme préétablie de ces interfaces pour alimenter un personnage numérique, bien souvent à l’insu des internautes qui naviguent dans les oeuvres, ces projets artistiques interrogent la croyance en une frontière entre fiction et réalité dans le contexte plus général des productions du World Wide Web. L’expérience de cette masse informe de micro-récits et de mini-archives engendre ainsi plusieurs questions : une série d’archives individuelles peut-elle constituer une archive collective ? Comment ces interfaces préformatées modifient-elles notre conception de l’archivage? Comment s’articule la part de la fiction dans la constitution d’une archive personnelle?

Nous faire parvenir un résumé d’une intention de texte (100 mots) accompagné d’une courte biographie (100 mots).
Tous les types de textes sont bienvenus (essai, critique, entrevue)
Un cachet de 150$ est versé pour le texte final sélectionné.

Veuillez faire parvenir vos textes à l’adresse électronique suivante : chantal at studioxx.org

Grand dévoilement des lecteurs de Salon double

salondoubleJeudi 5 mars 2009 de 19 h à 23 h

Salon double, dont l’une des rédactrices en chef est Amélie Paquet (membre de l’Escouade), vous invite à célébrer la mise en ligne de son observatoire des manifestations littéraires contemporaines. Animé par les braves membres de son comité de rédaction, Salon double offre un espace accueillant pour les lecteurs qui choisissent le web pour publier une critique rigoureuse, plaisante et accessible.
Devant l’effacement grandissant de l’espace réservé à la littérature dans la presse culturelle, l’équipe de Salon double est soucieuse d’ouvrir un lieu où seraient conviés tous les internautes passionnés de littérature. Les lectures publiées sur le site s’intéressent à des œuvres récentes — des cinq dernières années — qui forcent le discours critique à se réinventer.

http://salondouble.contemporain.info

Café-bar de la Cinémathèque québécoise
335 boul. de Maisonneuve Est
Métro Berri-UQAM
Montréal (Québec)

De la sémio au 77ième congrès de l’ACFAS

Le colloque « Images et cybermédiations : déploiements, continuités, contraintes » se déroulera durant les activités de l’ACFAS  (11-15 mai 2009) à l’Université d’Ottawa. Il est dirigé par Catherine Saouter (Professeur à l’école des médias de l’UQAM et au Doctorat en sémiologie) et son adjoint Luis Mauricio Ruiz (membre de l’Escouade sémiotique).

L’objectif de ce colloque est d’entamer une appréciation de la part et de la place des images sur la plateforme dessinée par Internet alors que, depuis près d’une génération, le monde des images dispose d’un nouveau médium, offert par les solutions numériques, et d’un nouveau média, le web.

Nous vous tiendrons au courant des développements (programme officiel et compte-rendu)!